Feeds:
Articles
Commentaires
chambre-dho%cc%82tel-162-huile-sur-toile-19x27-cm-2016

chambre-d’hôtel #162 Huile sur toile 19×27 cm 2016

« L’hôtel est un lieu de passage, un refuge anonyme.
La chambre d’hôtel, nettoyée chaque jour, est un espace en apparence vierge de toute histoire ancienne. Et pourtant, elle est le cadre parfait pour toute une romance, tout y est signe d’une activité récente, tout y est indice…

Les chambres d’hôtel, en apparence identiques, ne le sont jamais en réalité.

Les draps sont-ils encore chauds ?
Le papier à lettre à en-tête a-t-il servi ?

L’hôtel accueille tout type de visiteurs, venus s’échouer là plutôt qu’ailleurs, pour le plaisir, pour le travail… Jeunes femmes, VRP taciturnes, amoureux suicidaires… Les couloirs de l’hôtel, la salle à manger, sont des lieux où le récit entrecroise des destins incertains et esquisse des portraits que l’on imagine déjà avec les peintures à l’huile de Thierry Carrier.

Est-ce une coïncidence si Thierry Carrier à voulu les peindre ?
C’est en tout cas une temporalité particulière qui s’instaure, un temps entre parenthèses, où le mystère plane et reste entier !

Un peu mystérieuses, vraiment silencieuses, il fallait oser les peindre ces chambres d’hôtel, Très Cher Thierry Carrier, et c’est follement réussi ! »

Véronique ADRAÏ, décembre 2016

https://www.facebook.com/veronique.mazert

https://www.facebook.com/thierry.carrierpaintings

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://www.facebook.com/thierry.carrierpaintings

Publicités

The Bergamot (Candy Wrappers, Static Flowers, Both records, 2012) in Paris may 2013

« Assez tôt, j’ai compris que je n’allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m’installer quelque temps, seul, dans une cabane. Dans les forêts de Sibérie.

J’ai acquis une isba de bois, loin de tout, sur les bords du lac Baïkal.

Là, pendant six mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j’ai tâché d’être heureux.

Je crois y être parvenu.

Deux chiens, un poêle à bois, une fenêtre ouverte sur un lac suffisent à la vie.

Et si la liberté consistait à posséder le temps ?

Et si le bonheur revenait à disposer de solitude, d’espace et de silence – toutes choses dont manqueront les générations futures ?

Tant qu’il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu. »

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie, Gallimard, Collection Blanche, 288 pages, 17,90 €.

« Le capital immatériel de l’entreprise identifie les richesses cachées de l’entreprise, soit tout ce qui lui permet de créer de la valeur et que l’on ne peut déceler à la lecture de son bilan. » Michael Malone, 1997
La gouvernance documentaire, c’est « la stratégie et l’organisation définies afin de gérer, sécuriser, partager, conserver, valoriser et maîtriser l’information et la connaissance afin d’améliorer l’efficacité d’une organisation.» serdaLAB 2011.

Téléchargement du livre blanc

Xavier Darcos, nommé le 9 juin 2010 ambassadeur, chargé de mission pour l’action culturelle extérieure de la France, premier Président de l’Institut français, résume bien dans cette communication en séance publique, le 7 mars, à l’Académie des sciences morales et politiques, les questions qui se posent à notre politique de rayonnement culturel. Il propose également des actions à engager.

« Derrière la lassitude, je lis surtout l’incertitude, le besoin de clarifier le sens de l’action culturelle française à l’étranger, de lui fixer un cap raisonnable. Car le monde dans lequel se déploient nos réseaux culturels n’est plus celui de ses fondateurs. Nous vivons à l’heure de la diversité infinie des échanges, de l’Internet, des bouquets télévisuels, de l’internationalisation de nos sociétés, de la facilité des déplacements. De même, l’instabilité des territoires concernés (pays émergents, Afrique francophone, Maghreb) fragilise nos stratégiques. Nous en avons actuellement une évidente preuve dans le pourtour méditerranéen.  Il nous faut donc nous interroger. Et nous demander : dans ce contexte nouveau, quelles missions devons-nous sauvegarder ? Sur quels projets nos efforts doivent-ils porter ? Quels buts pouvons-nous atteindre ? » (…)
Comment défendre la francophonie dans les grands circuits de production dominés par le monde anglo-saxon, comment nous adapter au champ nouveau que constitue le monde virtuel, la planète Internet. (…)
Le montage d’une nouvelle stratégie d’exportation est un extraordinaire chantier pour les années qui viennent. (…)
Le centre culturel doit élargir ses missions. Il doit être pensé comme un acteur du tissu local, se transformer en une véritable plate-forme d’échange et de production, un lieu de rendez-vous vraiment ouvert, loin de l’image d’une France donneuse de leçons. (…) C’est là un des objectifs pour les années à venir : redonner sens et vie à nos centres culturels, en faire des lieux de médiation animés, des foyers de création susceptibles d’attirer les jeunes générations, celles des 18-30 ans. (…) Un redéploiement géographique (des centres culturels) est donc nécessaire, en tenant compte des nouveaux pôles d’influence ou de création, des nouvelles zones de production et de consommation qui apparaissent. Cela pourra se faire dans le cadre de l’Institut français.  » (1)

(1) Xavier Darcos. Qu’est-ce que l’action culturelle française à l’étranger ?, Académie des sciences morales et politiques, séance publique du lundi 7 mars 2011

« L’initiative de la France s’inscrit ainsi pleinement dans la stratégie
européenne en faveur de la « Société de l’Information » et dans le cadre
défini par le rapport du « Comité des sages » sur la numérisation remis à la
Commission le 10 janvier dernier » (1).

« L’accord signé le 1er février entre le ministère de la Culture et de la Communication, le commissariat général à l’investissement, la Bibliothèque nationale de France, le Syndicat national de l’édition et la Société des gens de lettres, doit permettre d’offrir une nouvelle vie, sous forme numérique, aux livres du XXe siècle encore sous droits et qui ne sont plus commercialisés en librairie. Un corpus de 500 000 livres pourra ainsi être numérisé et proposé à la vente d’ici 5 ans.
(…) Le soutien financier de l’Etat s’inscrira dans le cadre du programme « développement de l’économie numérique». Ce programme doté de 4,5 milliards d’euros est l’une des principales affectation des 35 milliards d’euros que le gouvernement mobilise pour les « investissements d’avenir ». Il inclut notamment un volet de 750 millions d’euros consacrés au développement de nouvelles formes de valorisation et de numérisation des contenus culturels, scientifiques et éducatifs. (2)

(1) Discours de Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé à l’occasion de la signature de l’accordcadre sur la numérisation et l’exploitation des livres indisponibles du XXème siècle

(2) Une deuxième vie pour des titres indisponibles (culture.gouv.fr)